Le Puy-en-VelayEn 47 de notre ère, ou en 70, Vila (ou Villa), femme originaire de Ravessium, atteinte d'une forte fièvre, se fit porter sur le mont Anis. Elle se fit allonger sur la table d'un dolmen jouissant d'une réputation miraculeuse, dite « pierre des fièvres ». Elle s'endormit. La Vierge lui apparut en songe et lui demanda de visiter Georges, évêque du lieu, pour qu'il construise une église. Un signe serait donné à l'évêque : la guérison de Vila. Au réveil, celle-ci se sentit guérie et alla trouver l'évêque qui lui fit bon accueil. Le prélat se rendit sur le mont Anis (un 11 juillet), accompagné de son clergé. L'endroit précis où la Vierge était apparue était couvert de neige ; un cerf traça avec ses bois le contour du futur édifice. L'évêque fit mettre une palissade en bois à cet endroit.

En 221, la Vierge accompagnée d'anges apparaît en songe à Aurélie, habitante de Ceyssac, paralysée, et lui dit de se rendre sur le mont Anis pour recouvrer la santé. Parvenue à la palissade de Georges, la femme fut guérie, et la Vierge se montra à elle pour lui demander d'édifier une véritable église. Vosy, évêque du diocèse, gravit le mont puis alla à Rome où il rencontra le pape Calixte Ier (v. 155-222). Le souverain pontife lui donna son accord pour la construction de l'église.

L'origine de la statue en bois de cèdre de la Vierge noire est incertaine.

Le 8 juin 1794, la Vierge noire reliquaire est brûlée en place publique. Une réplique est réalisée en 1844. Le 8 juin 1856, une autre Vierge noire provenant de l'église Saint-Maurice est couronnée à la cathédrale.