Le Temple et l'Hôpital Notre-Dame du Puy étaient déjà voisins par leurs domaines de Chantoin et de Ramourouscle ; la grange de Belvezet créa entre eux un rapprochement plus immédiat, car « Trespeux » était aussi une grange de l'Hôpital Notre-Dame du Puy. Dans cette région froide et sauvage, l'agriculture, contrariée par l'âpreté du climat, n'a qu'une importance secondaire ; l'élevage des bestiaux, favorisé par l'étendue et l'excellente qualité des pâturages, est la principale richesse.

La GlutonieA proximité de ces deux localités s'étend un long plateau traversé par la voie romaine de Lyon à Rodez (la Bolène), et qui s'appelle « la chaud de Trespeux. »

L'Hôpital Notre-Dame du Puy voulut empêcher le Temple de faire dépaître une partie de ce plateau. Des rixes s'élevèrent entre ses hommes et ceux du Temple ; les Templiers obtinrent contre les gens de l'Hôpital Notre-Dame du Puy une sentence d'excommunication. En 1270, les deux maisons s'en remirent à l'arbitrage de Jean Cardinal, « fordoyen » de la cathédrale, qui reconnut aux Templiers le droit de faire pacager leur bétail « hivernant » dans le territoire litigieux, sauf toutefois les parcelles emblavées ou transformées en prairies par l'Hôpital Notre-Dame du Puy.

Sources : Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.

Avec l'aimable autorisation de Templiers.net