Aucune structure archéologique n’a pu être mise au jour dans ce secteur. Toutefois chaque sondage a fourni une stratigraphie intéressante présentant dans chacun d’eux un niveau comprenant des fragments de céramique attribuables au Ier siècle av. J.-C. En parallèle à cela, nous avons pu observer des indices d’exploitation de la parcelle lors de la période moderne. Il s’agit de murs de parcellaire en pierres sèches. Même si nous n’avons pas mis au jour de structures de la Tène finale, le mobilier se rapportant à cette période est bien représenté, ce qui permet de confirmer l’existence d’une occupation sur le plateau.

Plan nord AntouneAfin de compléter l’évaluation du site, nous avons effectué des observations dans le secteur nord, à proximité du rempart monumental. Deux sondages ont été réalisés à 30 m en retrait de celui-ci. Malheureusement, ces fenêtres n’ont pas livré beaucoup d’éléments archéologiques car le terrain naturel a été atteint rapidement.Pour clore cette campagne, nous avons choisi d’observer plus en détails un sondage réalisé dans les années 1950 par A. Boudon-Lashermes. Celui-ci a été implanté à l’interruption des deux pans du rempart à l’entrée. La rectification des parois nord et ouest de ce sondage a permis la mise au jour de vestiges structurés.

En effet, dès les premiers décapages une concentration de blocs basaltiques a été observée dans l’angle nord ouest de ce sondage.

Le dégagement de ces blocs, a permis la mise au jour de deux parements d’orgues basaltiques se développant sur plusieurs assises. Cette structure correspond à l’angle du rempart qui devait accueillir à son extrémité un poteau de bois massif. La découverte de cet aménagement permet de confirmer l’existence d’une entrée monumentale du site. La datation de cette structure a pu être qu’entrevue grâce à des fragments de céramique découverts à la base de cet aménagement. Il s’agit de tessons appartenant à une imitation de céramique à vernis noir datant de la première moitié du Ier siècle av. J.-C.

Les différentes opérations menées en 2008 au camp d’Antoune ont permis d’obtenir des informations fiables et scientifiques concernant la conservation des vestiges et la chronologie de l’occupation du site. Il serait à présent nécessaire d’observer plus en détails le secteur de la porte afin d’évaluer l’existence de niveaux d’occupation conservés. Face à ces résultats, il est certain que le camp d’Antoune revêt un rôle primordial dans la compréhension de l’organisation territoriale des vellaves à la fin de l’âge du Fer. Sa position géographique, à proximité de la province de Transalpine donne à ce site toute son importance dans l’observation des dynamiques commerciales entre le monde méditerranéen et la Gaule interne.

Source : Ici